Bienvenue à l'asile de www.fousdanim.org, site francophone, associatif, participatif et indépendant sur le cinéma d'animation.

dernier defidefou

#20

l'ivresse

du 28 mars au 11 juillet 2014

Légèreté, vertige, euphorie... Ou bien biture, murge, cuite voir même ivresse des profondeurs ? Les vingt participations sont visibles sur cette page

Lien du moment

Hiroshima 2014

du 21 au 25 aout 2014
Visitez le site officiel.

l'Agenda

L'île de Giovanni

Film 2D traditionnelle Japonais,
pour le 11 Juin. fiche du film

Le conte de la princesse kaguya

le 25 juin au cinéma
la fiche du film

Dragons 2

Film des studios Dreamworks, en salle
le 02 Juillet. fiche du film

Planes : Mission Canadair

De chez Disney, au cinéma le 23 Juillet.
fiche du film

Opération casse-noisette

le 6 août en salles
la fiche du film

Motion Factory

Exposition à la Gaïté Lyrique (Paris) jusqu'au 10 août 2014

L'art des Super-héros

Exposition Marvel au musée Art Ludique (Paris) jusqu'à fin août

Les Boxtrolls

Film en Stopmotion par les studios LAIKA,
en salle le 15 Octobre. fiche du film

Dans la hotte d'Heeza.fr
Liens Fous d'Anim

Actualité de l'animation

caTsuka
cartoonBrew (us)
Focus on Animation
Zewebanim
FilmsAnimation.com
AFCA
SPFA
Motionographer (us)
CartoonResearch (us)
Drawn (us)
Cafésalé
Tumblr CBQCC
Animatrosen

Studios divers

Je Suis Bien Content
Les Armateurs
Folimage
PlanetNemo
les 3 ours
Lardux
Normaal
Vivement Lundi !
TrainTrain
Papy 3D
Les films du nord
2 minutes
studios de l'enclume
zorobabel
Disney (us)
Pixar (us)
Dreamworks (us)

Liens professionnels

AFCA
AFD
AGESSA
AGRAF Anim
e-dpo
La Guilde des scenaristes
INPI
Maison des artistes
SACD
SACEM
SCAM
SPFA
SNAC
SNTPTC

Festivals

Anima (Bruxelles) Février
HAFF (Utrecht - Pays-bas) Mars
FICAM (Meknès - Maroc) Mai, biannuel
AniFest (Zagreb - Croatie) Juin
Annecy (France) Juin
AnimaMundi (Sao Polo & Rio - Brésil) Juillet
Hiroshima (Japon) Août, biannuel
Ottawa (Canada) Septembre
Fantoche (Baden - Suisse) Septembre
Cinanima (Espinho - Portugal) Novembre
Bruz (France) Décembre

Documents

RECA (réseau des écoles de cinéma d'animation)
AnimationMeat (us)
CartoonResearch (us)

Ateliers

Cellofan' (Nord)
Camera, etc.  (Belgique)
Animtik (Paris)
Kinofabrik (Paris)
Labodanim (Mâcon)

Copinage

Anne Viel
Benjamin Gibeaud
Suki
Nicolas Dufresne (duduf)
Franck Dion
Florentine Grelier
Marie Paccou

 

news_titre
news en dessous    

animation 2D, cutout & traditionnel

# 3110

Sans lendemain

écrit par Jacky Chong, le 23/07/2014

Ecrit et réalisé par l'animateur irlandais Dermot O' Connor, "There is no tomorrow" est un film de 34 mn, qui présente de façon très pragmatique le déclin inévitable de notre société de (sur)consommation. Alors que la population mondiale augmente, les énergies fossiles elles s'épuisent, et les alternatives (éoliennes, biomasse, etc.) ne suffisent pas pour l'instant à combler le manque. L'économie mondiale actuelle, fonctionnant sur un principe fou de croissance infinie, se heurte désormais aux limites physiques de la planète, à sa finitude...

Qu'allons nous faire face à une telle problématique ?

C'est entre autre ce que tente d'expliquer ce film, qui sans être pessimiste, n'est pas optimiste non plus.
Mais comme le disait feu Albert Jacquard, essayiste français, et spécialiste en génétique des populations : "ça ne sert à rien d'être optimiste ou pessimiste, il faut être volontariste."
L'auteur Dermot O'Connor fait parti de ceux-là : conscient d'un problème grave qui nous concerne tous, mais difficilement abordable simplement, l'auteur a la volonté de transmettre au spectateur une problématique complexe, en condensant à travers l'animation, une riche documentation. Un sacré pari, gagné il me semble, car le film est bien rythmé, il est propulsé par une narration simple, quoiqu'un peu molle dans la version française, une bonne animation et un graphisme efficace.

Le film visible sur la toile en entier, est en téléchargement gratuit ; il est aussi traduit en différentes langues : anglais, français, russe, espagnol, cantonais, et hindou…

Il y a le feu au navire, et le film retenti encore comme une sirène d'alarme dans ma tête.
Je décide de demander à l'auteur s'il accepterait une interview pour fousdanim. Je lui propose qu'on s'appelle avec un pot de yaourt, il me dit "Yes". Malgré la distance parcourue avec le fil et mon anglais scolaire, j'espère avoir à peu près tout compris et pas trop mal traduit, voici :

    Salut Dermot, peux-tu te présenter ?

Je suis Irlandais, né en 1969. Je suis parti vivre aux Etats-Unis en 1993 ; je travaille là-bas en tant qu'animateur.

    Peux-tu nous expliquer quand, et pourquoi tu as fait ce film ?

J'ai d'abord commencé par faire des recherches en 2005 ; l'animation a seulement débuté en mars 2007 lorsque j'ai passé une année au Canada. Durant 6 mois, j'ai quasi fini la première scène, soit un peu plus de 7 minutes du film que j'ai montré en suivant à un ami qui m'a dit : "tu parles pas de l'éthanol ?"*
*ndlr : il faut voir le film pour comprendre.

Aussi, j'ai réalisé qu'il me manquait une seconde scène, parlant des alternatives aux énergie fossiles, et des problèmes liés à celles-ci. En revenant à Portland (dans l'Oregon), je me suis assis pour animer la seconde scène parlant des énergies. Ca m'a pris entre 3 et 4 mois. A ce moment, j'ai su qu'il me faudrait une troisième séquence parlant de la croissance ; je me suis donc inspiré d'un livre fameux du professeur Al Barlett que j'ai condensé en 7 minutes.

Il a fallu ensuite que je fasse une quatrième séquence sur la nourriture, puis enfin une cinquième sur les solutions quant à tous ces problèmes. C'est ainsi que l'animation a été finie en 2011.

Je suis allé un jour à une conférence du Professeur David Goodstein à Pasadena, qui est un homme qui vulgarise des concepts complexes à une audience large, de non spécialistes.
L'inspiration et la motivation me sont venues quand j'ai compris qu'il était difficile de saisir des concepts sur les pics pétroliers ou sur des pénuries de ressources, avec des textes seuls.

    J'ai vu sur le générique de fin que tu as écrit et réalisé le film, tu as travaillé seul ?

Oui, j'ai fait toute l'animation seul. J'ai été aidé pour le mixage et le son, pour le montage et le rendu final. Mais pour l'anim, oui, j'ai tout fait seul, avec Flash.

    Tout le monde sait que faire un travail d'une telle ampleur demande beaucoup de courage, surtout seul, est-ce que tu peux nous parler des problèmes que tu as rencontré lors de la réalisation ?

Bien que le travail ai été étendu sur plusieurs années, je pense qu'il y a environ deux, trois ans de travail d'anim' en tout. La plus grande difficulté a été de travailler en pointillé. C'est très difficile de revenir sur un projet plusieurs mois après l'avoir quitté, pour avoir travaillé ailleurs sur d'autres projets payants. On oublie où on en était, ce qu'on pensait à ce moment, et pourtant il faut y revenir et ne pas abandonner. En 2007, j'ai arrêté de boire pendant 6 mois, c'est là que j'ai fait la première séquence, puis après j'ai recommencé ; j'ai renoncé pour la deuxième et dernière fois en juillet 2010, c'est cette année là que j'ai enfin fini le film. J'ai définitivement abandonné l'alcool, pour un style de vie plus sain.

    Tu as donc animé tout, tout seul, pourquoi ?

Je pense que j'aurais pu demander à des collaborateurs de m'aider, mais je n'avais pas d'argent pour payer quiconque, aussi, je ne voulais pas les ennuyer. Mais peut-être pour un nouveau projet. Par exemple, pour "Continuum"*, s'il se fait, sera un long, et bien sûr si je l'anime seul, ça me prendra 10 ans. Avec une petite équipe de 7 ou 8 animateurs, le film pourra être fait en 1 ou 2 ans. C'est pour ça que j'ai besoin d'argent pour le faire.
*ndlr : vous pouvez y aller jeter un oeil sur ce projet sur le blog de l'auteur

    Comment as-tu financé ton film ?

Je l'ai fait sur mon propre temps. Quand j'avais du temps libre, je travaillais dessus. J'estime que j'ai dépensé environ 9000 dollars de ma poche. En terme de main d'oeuvre, si j'avais dû embaucher un animateur qui aurait crée le film depuis le début, et qui aurait animé pendant 2/3 ans, il m'aurait demandé entre 800 $ minimum, et 1200 $ maximum par mois ; le budget de mon film aurait été en tout entre 100.000 $ et 250.000 $. C'est un projet qui venait du coeur, et j'ai beaucoup appris en le faisant ; je n'ai maintenant plus peur de m'atteler à des films de grande envergure.
Aussi, la prochaine fois, je pense me diriger vers du financement participatif, avec pourquoi pas kickstarter, comme ça je pourrais embaucher des personnes pour m'aider.
J'aimerais faire un long métrage, ça serait bien que je ne mette pas trop de temps pour le faire !

    Merci Dermot !


stopmotion, claymation, pixilation

# 3109

saVer

écrit par , le 22/07/2014

Simon Gerbaud, plasticien français travaillant au Mexique, nous invite à aller visionner les animations qu'il a réalisées pour une exposition qui se tient jusqu'au 23 août à la Casa de Francia à Mexico.

Intitulé saVer (saVoir), l'exposition propose aux visiteurs des interactions (position, souffle...) permettant de visualiser une dizaine d'animation d'objets qui disparaissent, découpés, érodés, transformés en une poudre fine.

De la chaise à l'ordinateur, en passant par la piñata ou le crâne animal, les objets soigneusement découpés à la scie sauteuse, à la scie circulaire, à la meuleuse, aux ciseaux et au couteau à pain pour la semelle de la chaussure. Le crane de bouc a quant à lui été poncé pour obtenir les 900 images de la séquence. Les animations ont des fréquences d'images entre 12ips et 18ips selon l'objet.

Selon Simon :

le regard mange. La coupe dessine et fouille les objets familiers, souvent opaques, jusqu'à leur disparition complète.

Un travail étonnant et fascinant visible en suivant le lien ci-dessous.


animation 2D, cutout & traditionnel

image3108
# 3108

Bang Bang !

écrit par , le 17/07/2014

Peut-être est-ce le film qui cloturera cette tendance "chasse" qu'on a vu traverser les années 2012-2014 dans le cinéma d'animation ? Bang Bang ! est un film de Julien Bisaro coscénarisé avec Claire Paoletti

Bourse Lagardère, CNC, Fontevraud, Arte.. le projet a soulevé un enthousiasme mérité et est maintenant visible en ligne. Le film de 12 minutes raconte la relation complexe d'un mâle alpha chasseur avec sa fille de 25 ans. Dans un noir et blanc subtil, avec quelques apparitions de couleurs, le film déploie surtout une ambiance et une maîtrise narrative assez bluffantes. Il faut dire que les réalisateurs ne sont pas des inconnus, il suffit de lire la petite notice biographique sur le site d'Arte et d'éplucher un peu le générique.

Il n'y a probablement que le titre qui soit peu séduisant...


jeux vidéos

# 3107

Guacamelee

écrit par , le 17/07/2014

Restons dans la tendance Mexique avec un petit focus sur ce jeu de plateforme Metroidvania-like réalisé par les canadiens de DrinkBox Studios. Un bien joli jeu dont les personnages sont inspirés du catch mexicain, avec un passage entre deux mondes, le réel et celui des morts, peuplé lui aussi de squelettes colorés et pitoresques.

Assez drôle et surtout très chouette à jouer, ce jeu développe une esthétique mexicano-vectorielle avec des animations bien balancées. A jouer sur la plupart des supports dématérialisés pour une petite quinzaine d'euros.


cgi & animation numérique

image3106
# 3106

Le livre de Manolo

écrit par , le 17/07/2014

Petit évènement au dernier Annecy, la bande annonce du prochain projet de ReelFX CS qui était venu présenter Free Birds : The Book of Life, projet estampillé Guillermo Del Toro, réalisé aux Etats Unis par le réalisateur mexicain Jorge R. Gutierrez.

Il s'agit d'une sorte de réinterprétation du mythe d'Orphée, une comédie romantique mâtinée de folklore mexicain de fête des morts avec squelettes colorés, sombreros et corridas.

Et il faut dire que le rendu est prometteur, coloré, séduisant. Le film dont le titre a été traduit La légende de Manolo, est prévu en France le 22 octobre de cette année.

 


animation 2D, cutout & traditionnel

image3105
# 3105

SuperPixel Quest

écrit par , le 16/07/2014

Si ça sonne comme le titre d'un bon vieux jeu vidéo, Super Pixel Quest est surtout une bande dessinée numérique et animée. Et c'est peut-être la plus étonnante chose que la dématérialisation ait amené à la bande dessinée, cette faculté d'y adjoindre un peu de mouvement. Alors évidemment les expériences ne datent pas d'hier mais on vous invite à aller voir celle-ci, réalisation de Emmanuel Espinasse, jeune illustrateur formé à Estienne et Angoulème.


animation 2D, cutout & traditionnel

image3104
# 3104

C'est bien bio

écrit par , le 16/07/2014

Œuvre de commande de Remy Schaepman pour le département de la Drôme dans le cadre de leur opération "Manger mieux, manger bio", C'est bien Bio est un film destiné aux collégiens. Il exprime la spécificité des produits bios et locaux avec une parabole assez croquignole d'une boite de nuit et de son videur. Si la bande son est perfectible, l'image, les designs, les décors... me semblent particulièrement réussis pour ce type de réalisation.

 


cgi & animation numérique

image3103
# 3103

Je pars

écrit par , le 16/07/2014

Hugo Arcier se définit comme un artiste d'une époque numérique. Il utilise les moyens numériques de fabrication d'image pour produire autre chose que le simple réalisme ou l'effet visuel séduisant. Le clip qu'il vient de réaliser pour le groupe HNN représente des peaux flottants comme des mues abandonnées au vent, comme des gants de latex en suspension. L'effet est assez intriguant à défaut d'être tout à fait nouveau.


stopmotion, claymation, pixilation

image3102
# 3102

Graff'it

écrit par , le 16/07/2014

Expérimentation de Mathias Lachal, réalisateur parisien, Graff'it associe anamorphoses, jeux de perspective, graffiti et animation.

Si la démonstration est assez courte (39''), elle n'en est pas moins assez fascinante.


cgi & animation numérique

image3101
# 3101

Maman

écrit par , le 16/07/2014

Réalisation de Fabrice Le Nezet, designer, réalisateur et sculpteur qui réalise d'intriguants habits pour béton, Mother est un film qui évoque les jeux en 3D isométriques. Un flot de billes de verre traverse un paysage rayé devant de minuscules personnages noirs occupés à leurs affaires. Une envoutante et courte réalisation à découvrir en ligne.


animation 2D, cutout & traditionnel

image3100
# 3100

l'homme aux crabes

écrit par , le 16/07/2014

Film de fin d'étude de Marine Laclotte à l'EMCA, Franck Krabi raconte l'obsession d'un homme pour les crustacés. Le film dure dure son petit quart d'heure et bénéficie de l'interprétation vocale de Dominique Perez. Une étonnante, poétique et fantasque réalisation un peu fêlée à découvrir sur vimeo. 


evènement, expos, sorties, cinéma...

image3099
# 3099

Peinture en mouvement

écrit par Marie Paccou, le 11/07/2014

Copinage revendiqué pour vous relayer cette expo à la galerie Maître Albert, Paris 5e.

Ira Vicari développe depuis de longues années, accompagnée par AAA, un travail d'animation très plasticien et poétique. La jeune galerie tenue par Jean Demetrau vient de lui donner l'occasion d'exposer ensemble jusqu'à fin juillet ses récentes peintures, mobiles ou immobiles. Un accrochage lumineux et cohérent.

Ira dit qu'elle a pensé au travail de Per Kirkeby en brossant ses dernières toiles, mais Matisse et Karel Appel sont également des références.

6 rue maître Albert, métro Maubert. Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 18h30. Jeudi 17 un apéro est organisé par la galerie.


rumeurs, potins, polémiques, critiques...

image3098
# 3098

Touche pas à mes animateurs

écrit par Kachoudas, le 10/07/2014

On le sait, l'animation est un monde heureux où tout le monde s'aime et où chacun, du stagiaire au producteur à chemise hawaïenne, n'a qu'un but : nous faire rêver. 

Bien.

Ceci étant rappelé, Cartoon Brew relaie une enquête du site Pando Daily qui nous renseigne sur les pratiques des plus gros studios d'animation et de FX hollywoodiens (et pas des moindres : Dreamworks, Pixar, Disney, ILM...). Il s'agirait d'une entente illégale entre les studios en question pour que les salaires des employés n'augmentent pas du fait de la concurence entre eux. L'enquête cite des emails entre les plus grands dirigeants et des interrogatoires (l'affaire est entre les mains de la justice, dans le cadre d'une enquête plus large sur de telles pratiques dans toute la silicon valley). Ed Catmull (Pixar/Disney), tout en se défaussant sur le défunt Jobs, s'y justifie en évoquant des marges inexistantes dans ce milieu. L'article rappelle utilement  les prix de rachats de Pixar et ILM par Disney, la capitalisation de ce dernier et le salaire de son PDG.

Il semblerait que le plan ait capoté quand Sony a refusé d'entrer dans le jeu, mais ça c'est pour un prochain épisode, nous promet Pando Daily.


jeux vidéos

# 3097

nintendo 2014 art&craft

écrit par , le 09/07/2014

Les conférences de constructeurs et d'éditeurs lors des salons de jeux vidéos sont des exercices assez consensuels. Démonstration technique, effets de muscles et gonflage de torse, l'objectif est de persuader le journaliste spécialisé et le futur joueur que ses productions sont meilleures que celle de son voisin.

L'éditeur japonais Nintendo a toujours joué dans une catégorie un peu à part en misant sur autre chose que sur les performances techniques. Cette année à l'E3, grand salon du jeu vidéo américain, la firme de Mario a même innové en faisant une conférence vidéo avec des pastilles animées en stopmotion pleine d'autodérision ou en montrant ses grands dirigeants en costume se fightant comme des chiffoniers. Les séquences animées sont réalisées par les auteurs de la série Robot Chicken, Seth Green et Matthew Senreich.
S'il faut se fader les 45 minutes pas toujours très excitantes, on notera quand même parmi les annonces l'arrivée de deux jeux dans le catalogue de la Wii U, la dernière console de l'éditeur en mal de succès, avec un look résolument stopmotion : Kirby et la malédiction de l'arc en ciel et Yoshi et le monde de laine (traductions approximatives).

Dans le premier, le personnage rose et maléable sera mené par le joueur via un parcours dessiné sur la tablette de la console un peu comme un épisode sorti sur DS. La nouveauté c'est que le rendu de l'aventure est assez visiblement inspiré de la patamod. Le rendu donne une nouvelle esthétique à la boulette rose qui de toutes façons gagne assez peu de détails avec la haute définition...

Le second reprend le concept des Yoshi's Island mais repris comme si tous les environnements et personnages étaient constitués de fil de laine, un peu comme le Kirby sorti sur Wii en 2010. Les démonstrations sont assez choupignones et j'ai personnellement hate d'avoir en main ce gameplay prometteur, même si ça ne changera probablement pas grand chose à la manière de jouer.

[ Merci à Cheval pour le tuyau ]


cgi & animation numérique

# 3096

Astérix, le domaine des Dieux

écrit par , le 08/07/2014

Première adaptation CGi d'Astérix pour laquelle il a fallut convaincre Uderzo pourtant attaché à la technique du dessin animé, avec aux manettes - excusez du peu - Louis Clichy et Alexandre Astier, l'adaptation d'un des albums les plus drôles d'Asterix, Le Domaine des Dieux, sort doucement du secret dans lequel il était pour le moment enfermé avec un petit teaser qui relève plus de la démo technique et narrative.

De quoi voir que les gros nez et les designs sont assez fidèles aux modèles et ne pourront de toutes façons jamais être plus ridicules que les adaptations filmées. De quoi voir aussi que l'adaptation scénaristique qui permet de faire passer les 40 planches en une heure et demi de film est en de bonnes mains. Les échos qu'on a pu entendre des animateurs rencontrés à Annecy sont en plus très bons.

On s'impatiente donc en attendant Noël 2014 où le film est prévu.


cgi & animation numérique

image3095
# 3095

Pourquoi j'ai (pas) mangé mon père

écrit par , le 08/07/2014

Elle date de dix ans la première brève qui évoquait l'adaptation de ce fameux livre de Roy Lewis, Evolution man. Le projet avait un temps transité par Pierre Coffin et Passion Pictures pour disparaître dans les limbes des productions avortées.

Le revoici donc, avec Jamel Debouze aux manettes, déjà voix du petit singe dans Dinosaure des studios Disney en 2000, cette fois ci à la fois réalisateur et acteur-capté.

Et le moins qu'on puisse dire c'est que le premier teaser apparu sur le net ces derniers jours capitalise sur la notoriété du comique puisqu'on n'y voit que lui. Reste à savoir si le chouette conte évolutionniste de Lewis sera compatible avec l'humour ennervé de notre comique national. Pour le moment il y a comme un doute.


cgi & animation numérique

image3094
# 3094

Genèse évolutionniste

écrit par , le 08/07/2014

Quand elle est extraite de son contexte, cette séquence illustre avec une belle efficacité le Bigbang et l'évolution des mamifères en quelques 120 secondes. On pioche quelques éléments clés dans le montage haché, quasi stroboscopique, et pour finir assez efficace.

Le hic c'est que la séquence est extraite du film Noah (Noé) de Darren Aronofsky, film biblique et que quand on élargit la séquence on a droit au discours divin avant et au péché originel après.
D'où ce paradoxe un peu déroutant, l'appropriation d'une imagerie évolutionniste par le discours créationniste. De quoi troubler un peu même si on peu apprécier la virtuosité de la séquence en question.


stopmotion, claymation, pixilation

image3093
# 3093

Skywalking

écrit par , le 08/07/2014

Encore bien tourné, ce clip de Simon Gesrel pour les Nantais de Von Pariahs.

Skywalking est réalisé en stopmotion avec une ambiance résolument eighty, des références aux films de zombies et d'horreur de ces années là et avec des marionnettes originales. Le film a été animé par Julien Jourdain de Muizon, Nicolas Capitaine, Rémi Brissaud, Sylvain Derosne et Simon Gesrel himself.


cgi & animation numérique

image3092
# 3092

Dip'n Dance en ligne

écrit par , le 03/07/2014

On avait parlé du projet quand il se montait en crowdfunding, Dip'n Dance est un court métrage indépendant d'Hugo Cierzniak a tendance humoristique, la production ayant été hébergée chez Delapost Paris. Le film de six minutes raconte les déboires d'un homme avec son intérieur bardé de gadgets domotiques. Résolument cartoon, le projet a su trouver le chemin d'un public en festival. Il est maintenant en ligne et dispose même de son petit making-of.


animation 2D, cutout & traditionnel

image3091
# 3091

Les centaures de Winsor

écrit par Marie Paccou, le 30/06/2014

Rien de "neuf" dans cette "news"...

Il m'a toujours épatée, Winsor Mac Cay (1869-1934).

Mais en découvrant les éparses secondes d'animation retrouvées du film "Les Centaures", produit par Rialto en 1921, détérioré et jamais projeté du vivant de l'auteur, on s'enfonce encore un peu plus dans l'imaginaire fantastique du virtuose saltimbanque.

Scènes champêtres d'une famille réunissant grands-parents, parents et enfant, ce fragment filmique sourde d'une troublante étrangeté: les centaures ondoient plus qu'ils ne trottent, dans une irréalité suggestive. Dans la première scène, Mac Cay joue sur un upper layer de feuillage, masquant l'arrière-train de la centaure, et renforçant l'effet de surprise: vraie subtilité de mise en scène et de cinéma, qui montre le chemin parcouru depuis la frontalité théâtrale de Little Némo (1911) ou de Gertie (1914).

On trouve beaucoup de films de Mac Cay en ligne, je vous conseille de vous y perdre un peu.

archives

Chercher dans les archives


  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suiv.