Bienvenue à l'asile de www.fousdanim.org, site francophone, associatif, participatif et indépendant sur le cinéma d'animation.

dernier defidefou

#20

l'ivresse

du 28 mars au 11 juillet 2014

Légèreté, vertige, euphorie... Ou bien biture, murge, beurrade, voir même ivresse des profondeurs ? le règlement est à lire ici

Lien du moment

Anifilm 05

du 6 au 11 mai 2014
à Trebon, République Tchèque 
Visitez le site officiel.

l'Agenda

Le piano magique

Film musical, en salle le 19 Février
fiche du film

Patéma et le Monde Inversé

Film Japonais en 2D, le 12 Mars
fiche du film

Le Parfum de la Carotte

Film des studios de l'Enclume,
le 26 Mars fiche du film

La Pie Voleuse

Regroupement de 3 courts, le 2 Avril
fiche du film

Clochette et la Fée Pirate

En salle le 2 Avril, de chez Disney
fiche du film

Rio 2

Film des studios Blue Sky, au cinéma
le 09 Avril. fiche du film

Capélito et ses Amis

8 court-métrages en pâte à modeler,
le 16 Avril. fiche du film

Les Amants Electriques

Le long-métrage de Bill Plympton, en salle
le 23 Avril. fiche du film

Khumba

Film en 3D Africain, au cinéma le 23 Avril.
fiche du film

Les Zévadés de l'Espace

Film américain en 3D, en salle le 07 Mai.
fiche du film

L'île de Giovanni

Film 2D traditionnelle Japonais,
pour le 11 Juin. fiche du film

Dragons 2

Film des studios Dreamworks, en salle
le 02 Juillet. fiche du film

Planes : Mission Canadair

De chez Disney, au cinéma le 23 Juillet.
fiche du film

Les Boxtrolls

Film en Stopmotion par les studios LAIKA,
en salle le 15 Octobre. fiche du film

Dans la hotte d'Heeza.fr
Liens Fous d'Anim

Actualité de l'animation

caTsuka
cartoonBrew (us)
Focus on Animation
Zewebanim
FilmsAnimation.com
AFCA
SPFA
Motionographer (us)
CartoonResearch (us)
Drawn (us)
Cafésalé
Tumblr CBQCC
Animatrosen

Studios divers

Je Suis Bien Content
Les Armateurs
Folimage
PlanetNemo
les 3 ours
Lardux
Normaal
Vivement Lundi !
TrainTrain
Papy 3D
Les films du nord
2 minutes
studios de l'enclume
zorobabel
Disney (us)
Pixar (us)
Dreamworks (us)

Liens professionnels

AFCA
AFD
AGESSA
AGRAF Anim
e-dpo
La Guilde des scenaristes
INPI
Maison des artistes
SACD
SACEM
SCAM
SPFA
SNAC
SNTPTC

Festivals

Anima (Bruxelles) Février
HAFF (Utrecht - Pays-bas) Mars
FICAM (Meknès - Maroc) Mai, biannuel
AniFest (Zagreb - Croatie) Juin
Annecy (France) Juin
AnimaMundi (Sao Polo & Rio - Brésil) Juillet
Hiroshima (Japon) Août, biannuel
Ottawa (Canada) Septembre
Fantoche (Baden - Suisse) Septembre
Cinanima (Espinho - Portugal) Novembre
Bruz (France) Décembre

Documents

RECA (réseau des écoles de cinéma d'animation)
AnimationMeat (us)
CartoonResearch (us)

Ateliers

Cellofan' (Nord)
Camera, etc.  (Belgique)
Animtik (Paris)
Kinofabrik (Paris)
Labodanim (Mâcon)

Copinage

Anne Viel
Benjamin Gibeaud
Suki
Nicolas Dufresne (duduf)
Franck Dion
Florentine Grelier
Marie Paccou

 

news_titre
news en dessous    

en production, making-of, work in progress...

image2992
# 2992

Zombillenium clipe Skip the Use

écrit par , le 15/12/2013

La série de BD Zombillenium réalisée par Arthur de Pins (trois tomes parus) est à priori l'objet d'une adaptation en long métrage. Le parc d'attraction infernal devrait donc faire son coming-out sur les écrans ce qui n'est pas si étonnant que ça de la part d'un illustrateur venu du domaine du cinéma d'animation.

L'univers a été décliné pour un clip du groupe nordiste Skip the Use pour sa chanson Nameless World. Le moins qu'on puisse dire c'est que ce pilote-test-clipesque est assez convaincant dans la forme. Le petit film est visible en ligne en suivant le lien ci-dessous.


evènement, expos, sorties, cinéma...

# 2991

McLaren Mur à Mur

écrit par , le 15/12/2013

Voila un concours bien singulier et plutôt original. L'ONF canadien propose un concours visant à faire se rencontrer quatre court-métrages de Norman McLaren, quatre façades de Montréal et - évidemment - les quatre réalisateurs lauréats.

La contrainte est d'intégrer un morceau de film associé à la façade. Les créations seront projetées du 11 avril au 1er juin 2014 dans le cadre du Printemps numérique du Quartier des spectacles de Montréal parmis d'autres interventions de l'Office National.

Tous les créateurs plasticiens internationaux de plus de 18 ans sont invités à proposer un film qui devra faire entre trois et huit minutes. Les projets seront forcément préinscrits pour le 20 février 2014, les participants ne pouvant proposer qu'un film par façade. Chaque façade (si j'ai bien lu) est dotée d'un prix de 25 000$ canadien (environ 17 000€), avec trois autre prix de 5 000$.

Les détails sont disponibles en suivant le lien ci-dessous.


stopmotion, claymation, pixilation

image2990
# 2990

Le petit bonhomme en mousse (stressé)

écrit par , le 11/12/2013

Suffisament rares pour qu'on pointe chacune de leurs productions, Emma de Swaef (Zachte Planten, Oh Willy !) et son coréalisateur Marc James Roel ont une actu de malade en ce moment : outre la bande annonce du prochain festival de Bruz, avec des catcheurs en foufelle, les réalisateurs flamands ont réalisé une petite série de publicité pour une compagnie de bus belge. A mi chemin entre le muppet et la marionnette stopmotion, les films mettent en scène un homme stressé dans l'usage urbain de sa voiture. Il est accompagné d'un petit alter-ego, personnification de son stress. C'est un peu dérangeant mais beau et drôle aussi, comme à chacune de leur réalisation. En tous cas moi j'adore.

Y'en a une visible sur YouTube
Une autre sur vimeo
Et un petit making-of sur le site d'Emma De Swaef


webdiffusion, webculture, internet...

# 2989

Surréalisme en gifs

écrit par Marie Paccou, le 10/12/2013

Est-ce que coller, c'est animer?

      

Le travail de Bill Domonkos me donne envie de répondre oui.

Cet artiste de San Francisco ré-invente le collage surréaliste (façon Max Ernst dans Une Semaine de Bonté), mais avec les matériaux et les outils de notre temps. Ainsi fait-il se croiser les archives pour donner naissance à des images troublantes.


cgi & animation numérique

# 2988

Des carottes dans la hotte

écrit par , le 09/12/2013

On ne présente plus Arnault Demuynck, réalisateur et producteur prolifique, officiant dans le nord et en Belgique. Il a choisit de miser sur la carotte pour ce Noel 2013. Avec une certaine audace quand on sait la complexité financière de ce genre de programme, le producteur polymorphe, tantôt cérébral et poète, cherche à se mettre à la portée des petits enfants avec un ensemble de courts métrages dont le point commun est cet innocent légume, sous des formes diverses.

Le premier de ces courts est un spécial TV intitulé Le Parfum de la carotte, réalisée par Rémi Durin et Arnaud Demuynck. Co-production Belgo-Franco-Suisse, le studio de l'Enclume à Bruxelles a supervisé la production image du film, réalisé en CGi avec un rendu texturé, en partenariat avec les suisses de NadasdyFilm et les Films de l'Île. Belges et Suisses auront la primeur du film qui sera diffusé les 20 et 25 décembre prochains sur la RTBF (Ouftivi) et le 25 décembre dans l'après-midi sur la RTS. Les spectateur français devront attendre 2014 et pourront découvrir le film sur France Télévision (les Zouzous).
Une bande annonce est visible sur vimeo.

Le second est un film d'animation 2D type papier découpé réalisé par Anne Viel intitulé la confiture de Carotte. Réalisé intégralement par la jeune et talentueuse réalisatrice autodidacte, le film raconte les mésaventures - pour les petits, hein - d'un couple de lapin sous le froid hivernal. Un petit blog est tenu par elle sur l'univers de son film.

 


Le troisième est un projet qui cherche à financer sa bande son en crowdfunding
La Carotte géante est un film réalisé par Pascale Hecquet. Le film - muet - s'inspire d'un conte traditionnel qui raconte les chamailleries d'une famille et d'animaux obligés de réunir leurs efforts pour arracher une carotte géante. La page qui vise à récolter les fonds est visible ici.

Tout ces morceaux longs et oranges devraient être assemblés dans une botte de courts métrage qui sortira au cinéma dans le courant de l'année 2014 et devrait rassembler un grand nombre de fanes.


cgi & animation numérique

image2987
# 2987

850 metres

écrit par , le 09/12/2013

Exploitant la même veine parodique que Shrek, avec la même finesse, un peu comme RitterSchlag en 2003, 850 metres est un court métrage un peu long qui surjoue le chevalier crétin dans sa quête de gloire. 

Il est visible depuis peu sur le net intégralement. On en avait parlé sans l'avoir vu, on en reparle maintenant qu'on l'a vu. Est-ce que ça vallait vraiment ces deux news ? Je vous laisse juge. Mais ça fait un argument de plus pour ne plus parler des teasers de courts métrages, fussent-ils efficacement orchestrés.

 


animation 2D, cutout & traditionnel

image2986
# 2986

Ho ho ho

écrit par , le 09/12/2013

Jeremy Depuydt se pose la question du bilan carbone du gros monsieur en rouge. C'est pas joli joli, même si le petit clip l'est, lui, joli joli. La courte boutade sert de carte de voeux pour l'agence Pixileon, elle permettra d'attendre les réveillons avec stoïcisme.


animation 2D, cutout & traditionnel

image2985
# 2985

Calico - Il y a

écrit par , le 09/12/2013

Voici de nouveau un clip séduisant, graphique et poétique, réalisé en 2D par Sylvain Deffaix à partir des illustrations de Vincent Normand, rennais tous deux. C'est l'illustration d'une chanson du groupe Calico, visible sur YouTube en suivant le lien ci-dessous.


animation 2D, cutout & traditionnel

# 2984

Allô, c'est ninou

écrit par , le 09/12/2013

Curiosité produite chez Normaal pour Canal+, Allo c'est Ninou est la création d'une figure géniale du doublage français : Brigitte Lecordier.

Cette dame est en effet, sans que nous le sachions, une légende du doublage, prêtant sa voix entre autre aux versions françaises de SanGoku, Ouioui, Rolie Polie olie et même à des personnages dans Skyrim, le dernier jeu vidéo de chez Bethesda... Incarnant sans peine des voix d'enfants, il semble qu'elle ait pris l'habitude d'en jouer lors de ses conversations téléphoniques.

Elle a donc proposé de reprendre le principe dans une petite série d'épisodes de 2 minutes réalisés par Nicolas Guilloteau où elle contacte par téléphone des institutions ou des personnes en se faisant passer pour un enfant, le tout illustré par des dessins et animations qui soulignent un peu l'absurdité et la cocasserie de la conversation.

Pas très amateur de canulars téléphonique qui me gênent souvent plus qu'ils ne m'amusent, trouvant également que le dessin paraphrase un peu trop la conversation même s'il est techniquement bien balancé, je voulais souligner ce travail singulier qui a le grand avantage de mettre sur le devant de la scène ces travailleurs de l'ombre que sont les doubleurs du cinéma d'animation.


stopmotion, claymation, pixilation

# 2983

la planète stop-mo

écrit par Marie Paccou, le 05/12/2013

Après les news sur Boxtrolls, voici deux infos stop-mo aussi éloignées géographiquement que stylistiquement, mais que j'ai réunies dans un même article, parce qu'elles témoignent peut-être d'une vraie tendance de fond.

Commençons par la science-fiction, lointaine:

Yamiken, un japonais autodidacte, a réalisé seul, pendant 4 ans, Junk Head, un film de 30 minutes. Le pitch? Un monde où les humains ont étendu leur durée de vie mais sont devenus stériles... une histoire qui se passe 1200 ans après la guerre des clones... peut-être pas super original, mais le soin apporté à l'animation, aux lumières, aux décors, forcent sérieusement l'admiration.

en regarder 10 minutes sous-titrées en anglais

l'article en anglais sur kotaku

Et terminons par une série jeunesse, bretonne:

Agnès Lecreux est la réalisatrice principale de deux productions Vivement Lundi tirées de son personnage, l'oiseau Dimitri. Elle termine avec Fabien Drouet son co-réalisateur (Ponpon) et une petite équipe le tournage à Rennes d'un 26 minutes pour France5, et une série de 26 fois 5 minutes est sur les rails. Dimitri est une sorte de Caliméro européen qui s'est perdu dans la plaine africaine. Le teaser est soigné et bien rythmé.

voir le teaser de la série

 Deux réalisations en stop-mo, donc, aux cibles bien différentes, l'une D-I-Y, l'autre modestement industrielle. La vague stop-mo s'élance, du Japon à la Bretagne!


animation 2D, cutout & traditionnel

# 2982

les Kassos, la websérie

écrit par , le 04/12/2013

Canal+ se mets à occuper le terrain virtuel avec une websérie délirante et parodique diffusée à partir de demain sur leur chaîne YouTube : les Kassos.

Conçue sous le label Canal Factory "le Label des nouveaux Talents", la série est la création des talentueux mais pas si nouveaux que ça El Diablo, Balak, Mélanie Duval, Léonie De Rudder et Wilson Dos Santos.

Les épisodes très expressifs avec un acting aux ptits oignons sont signés Balak, Alexis Beaumont et Rémi Godin.

La série exploite le décallage façon Lascars et feu Bibofilms de personnages de la pop culture (BD, jeu vidéo, pub, ciné...) qui se retrouvent dans le bureau d'une assistante sociale.

L'imaginaire se confronte à la triviale réalité sociale, d'où décallage cocasse.

Les premiers épisodes sont assez jouissifs mais on se demande bien comment ça va se tenir sur la durée.
Le tout est produit par Bobby Prod.

 


animation 2D, cutout & traditionnel

# 2981

Tante Hilda !

écrit par , le 02/12/2013

Nos écolos nationaux à Folimage sortent enfin la première bande annonce de leur dernier long métrage Tante Hilda, une fable anti-OGM sur la biodiversité peuplée de gentils écolos et de méchants capitalistes. Si on en croit l'affiche, c'est un film de Jacques-rémy Girerd (en grand) réalisé par lui-même et Benoit Chieux (en petit) avec des designs de ce dernier. Ça a un petit coté retro assez délicieux, on pense évidemment aux designs de Milt Kahl et aux Disney de la grande époque.

Avec une distribution toujours assez étonnante, le film étant fini depuis un moment, présenté en avant première à Annecy en juin dernier, il ne sortira pourtant qu'en février 2014, après le raoult de Noël.

L'occasion de reparler de la petite facherie relative à un article de Francis Gavelle concernant ces films étiquetés "pour enfant" avec la réponse de Benoit Chieux parue sur fichesducinema.com


stopmotion, claymation, pixilation

image2980
# 2980

Boxtrolls trailer 2

écrit par , le 02/12/2013

Les incroyables artisans de Laika sortent un nouveau trailer pour l'adaptation en film d'un livre d'Alan Snow

Boxtrolls se montre via quelques images de sa fabrication avec quelques plans animés. Certes on ne juge pas un film à sa complexité ou à son habileté technique, mais il faut avouer que l'admiration joue ici à plein, quand on saisit la grande patience de ces artistes de l'infinitésimal.


stopmotion, claymation, pixilation

image2979
# 2979

iDiots de Big Lazy Robot VFX

écrit par Musecyan, le 28/11/2013

Voilà une vidéo qui devrait plaire à ceux qui dénoncent les techno-addictions, elle s'appelle iDIOTS et à été  réalisée par BLR_VFX (Big Lazy Robot VFX). On y parle de robots, de smiley cats et de smartphones. Les robots sont-ils créés à l'image de nous-même ? Sommes nous nous-même des robots ? Quelques indices en visionnant cette vidéo réalisée en CGi avec un rendu qui imite avec efficacité celui du stop-motion.


opinions, interviews...

# 2978

Interview de Nicolaï Troshinsky

écrit par Marie Paccou, le 27/11/2013

Nicolaï Troshinsky est né en 1985 à Moscou, il vit aujourd'hui à Madrid où il exerce dans de nombreux domaines. Il est passé par La Poudrière, dont il est sorti en 2009. Sa filmographie comprend "Samare" et "Jeux Pluriels" (extrait), réalisés à la Poudrière et "Astigmatismo" qu'il a auto-produit l'an dernier. Il a accepté de répondre par mail à mes questions.

 
Nicolaï, je sais que tu as été étudiant à la Poudrière et que tu t'es ensuite installé à Madrid. Peux-tu nous dire un mot sur ton parcours? Comment es-tu venu à l'animation?

Dans mon adolescence je faisais pas mal de BD, ça m'a vite mené vers l'illustration. J'ai suivi deux ans d'illustration à Madrid et puis j'ai assisté à quelques master-class en Italie. En 2006 j'ai commencé à travailler comme illustrateur de livres pour enfants. J'ai illustré une dizaine de livres, dont trois où je suis aussi auteur du texte.

Après un an travaillant comme illustrateur free-lance j'avais envie d'étudier quelque chose, mais dans le domaine de l'illustration il n'y avait plus grande chose à faire, sauf apprendre en travaillant, donc j'ai pensé que l'animation pouvait m'apporter une nouvelle perspective. A ce moment-là La Poudrière était le choix parfait car j'avais aucun intérêt pour une formation purement technique, je voulais juste faire des films. Donc pendant l'été j'ai fait mes premiers petits films dans la cave de mes parents pour me présenter au concours et ça a marché.


Tu t'intéresses d'ailleurs à d'autres domaines, comme le jeu vidéo. Peux-tu nous en parler aussi? Est-ce que l'interactivité du jeu vidéo influe sur ta conception du cinéma?

Oui, j'ai commencé à m’intéresser au jeu vidéo indépendant et expérimental pendant que j'étais à La Poudrière et en faisant mon film de fin d'études je me suis rendu compte que la notion de jeu était très importante pour moi dans mon travail. J'ai toujours eu cette notion mais avant cela je n'en étais pas très conscient.

En venant du cinéma, le jeu vidéo m'a tout de suite semblé fascinant. L'énorme effort qu'on doit faire dans un film pour attacher le spectateur aux personnages, pour lui donner un intérêt à suivre l'histoire, est dépassé tout de suite par la simplicité du fait d’appuyer sur une touche et voir le personnage bouger. On est attaché à lui immédiatement, il ne faut même rien savoir sur lui, on est lui, tout simplement. Il me semble un domaine d'une énorme puissance et voir comment cette puissance est gâché dans des jeux débiles me donne encore plus d’envie de faire des choses. Il y a de vastes possibilités à explorer!

Si j'arrive à faire un autre film il sera sans doute très influencé par certaines choses que j'ai appris ces dernières années dans le domaine des jeux vidéo.

Ton film de fin d'études à la Poudrière, l'excellent "Jeux Pluriels", je le qualifierais de documentaire pataphysique sur les jeux de société, cela te convient-il ?
Es-tu influencé par des personnalités comme Georges Pérec ou Raymond Queneau, membres de l'Oulipo?

« Documentaire Pataphysique » c'est parfait, ça me plaît énormément, merci !

Pas mal de monde m'avait parlé de l'Oulipo pendant que je faisais le film mais en fait non, pas du tout. J'ai fait ça avec toute innocence, je voulais juste que ce soit un peu décalé mais pas d'une manière trop évidente. A la fin ça semble plus intelligent que ça ne l'est. En réalité c'est assez bête, je n'ai fait que remplacer des mots par des synonymes avec l'aide de Microsoft Word !

A ta sortie de La Poudrière, tu t'es lancé dans un projet que l'on a relayé et beaucoup apprécié sur Fous d'anim, le court-métrage "Astigmatismo". C'est un film tendre et poétique jouant sur la mise au point, avec deux héros qui se "cherchent". Il me fait penser visuellement au Conte des Contes de Youri Norstein, et pour la dimension fantastique à des auteurs comme Pärn ou Kovalyov.
La démarche participative et indépendante avec laquelle tu as financé ce projet est presque aussi passionnante que le film. Peux-tu nous parler de ce projet, de sa mise en œuvre?

C'est toujours très flatteur d'être comparé à Norstein ! Il y a pas mal des choses en commun, notamment la technique (alors que je n'aspire pas à l’excellence technique du maître!) mais aussi la thématique de « Le Hérisson dans le brouillard » est assez similaire, juste qu'au lieu du brouillard on a du flou. Cette référence est devenu incontournable, même si le film n'est pas parti de là.

Il y a aussi un peu de Pärn et de Kovalyov, à la Poudrière on avait eu la chance de faire un atelier avec Pärn et ça a été une d'une énorme inspiration pour moi. Il y aussi pas mal d'Ivan Maximov.

La démarche participative, l'espèce de « crowd-funding » que j'ai mené pour financer le film était une expérience. Cela n'a marché qu'a moitié, mais ça a marché quand même. J'étais impatient de tourner le film car cela faisait deux ans que je le préparais. Il était prêt à tourner mais il n'y avait pas beaucoup d'espoir de le financer en Espagne et je tenais à le tourner entièrement à Madrid. Je ne voulaispas attendre plus puisque d'autres idées et opportunités arrivaient et je sentais que si je ne le faisais pas tout de suite je ne le ferais jamais. Donc c'était une mesure un peu désespérée.

Comme je ne suis pas du tout connu comme réalisateur je savais qu'un « crowd-funding » conventionnel ne marcherait pas pour moi. J'ai pensé que si j'offrais le film en pré-achat sur mon propre site j'aurais plus de chances puisque je pourrais le vendre tout le long de la production et avoir l'argent des ventes tout de suite. Pour moi, cela a été beaucoup mieux comme ça, car il m'a fallu plusieurs mois pour trouver mon public, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée pour n'importe quel projet. À La fin je n'ai réuni que la moitié de l'argent dépensé dans le film.

J'essaie encore de récupérer cette deuxième moitié en vendant des éditions physiques faites à la main dans le site d'Astigmatismo. Récemment j'ai fait une petite vidéo en montrant son procédé de fabrication.

Quant à la création du film lui même, il y a un joli « making of » qui détaille tout ça.

Cela fait six mois que le film est sorti. Quelle a été la carrière d'Astigmatismo?

Il a été vu quelques 70 000 fois sur internet, sélectionné en compétition dans 35 festivals, dont Annecy, Encounters, Fest Anca, Cinanima, BAF, Sitges... il a aussi été programmé dans une dizaine de séances publiques et reçu deux mentions spéciales à Fantoche et à Balkanima et deux prix, un à Animage et un autre à Animatou.

Le film est inscrit dans plus d'un centaine de festivals donc j'espère qu'il y en aura d'autres encore !

Vas-tu poursuivre cette démarche de financement pour ton prochain projet? Quels avantages y vois-tu, par rapport à une démarche de financement "classique" comme cela existe en France (CNC, chaîne de télé, région)?

Non, je ne crois pas, en tout cas pas bientôt. Je ne pense pas que ça puisse marcher pour n'importe quel projet. Aussi, mon public est très petit et je vais épuiser sa générosité très vite si je refais ça. En plus ça a été un effort énorme de tourner le film et en même temps gérer toute la promo, les ventes, les mises à jour, le site, etc. Je faisais ça tout seul et c'est devenu trop.

Le plus grand avantage que je vois dans ce système est que cela permet de faire un film avec un public impatient de le voir même avant que ce soit fini. Savoir très précisément pour qui je faisais ce film à été très encourageant pour moi !

Comme je disais, ça a été une mesure un peu désespérée et liée au fait que je tenais à tourner à Madrid. En France, avec le soutien qu'il y a pour le cinéma il y a pas mal d'alternatives a prendre en compte avant de faire ça. Il semblerait que les gens pensent que le « crowd -funding » c'est de l'argent gratuit, mais en fait dans la majorité des cas c'est moins que ce qu'on pourrait avoir par des moyens traditionnels et ça donne beaucoup plus du travail. C'est juste une autre option, avec ses avantages et ses inconvénients.

6- Peux-tu nous parler de ton nouveau projet?

Oui, je viens de finir mon premier film de commande. Il s'agit d'un clip pour le musicien nigérien William Onyeabor. C'est un morceau des années 80 qui sort dans une réédition de toute la musique d'Onyeabor réuni pour la première fois par le label new-yorkais « Luaka Bop ». Jusqu'à maintenant sa musique était très difficile à trouver, les vinyles originaux circulaient par Ebay à des prix de folie. C'est un projet passionnant, Onyeabor lui même est un peu un mystère, on ne sait pas grande chose de sa vie à part le fait que dans les 70-80 il a sorti huit albums d'afro-beat électro avec des synthés achetés autour du monde, tout ça dans son propre label. Sa musique est vraiment géniale, pour moi ça a été un vrai plaisir de pouvoir faire un clip pour un musicien que j'admire sincèrement.

J'ai fait le clip très, très vite donc il est très simple et pas très fin techniquement, mais, pour à peine une mois de travail, j'en suis très content ! J'ai beaucoup aimé faire un projet animé aussi vite après avoir passé presque trois ans avec le précédent.

Pour conclure sur une devinette, Nicolaï s'amuse à dire qu'il n'est PAS un game designer, PAS un illustrateur, PAS un animateur... mais il est certainement un peu de tout ça à la fois, et c'est ce qui rend sa démarche si singulière et attachante.


stopmotion, claymation, pixilation

image2977
# 2977

Johnny got his gun

écrit par , le 27/11/2013

Haaaa Noël, les cadeaux, la gentillesse, le partage, les vitrines illuminées... Et devant elles, ces gens étranges en uniforme, le nez rouge à force de faire le pied de grue sur le trottoir, qui secouent une cloche pour attirer l'attention des badauds et leur demander l'obole à placer dans la boite là, au milieu du trépied. Car Noël est propice à la charité. C'est la naissance du Bon Dieu oui ou merde ?

Alors oui, cette Armée du salut, œuvre caritative prosélyte, qui aide les pauvres à se chauffer et à trouver les voies de l'éternel tout à la fois, a trouvé une façon rien de moins qu'élégante pour récolter des fonds plutôt que de nous briser les tympans de leurs ding dong. Ils ont fait appel à Johnny Kelly, produit par Nexus productions pour réaliser trois spots publicitaires pour leur campagne de 2013. Et le jeune auteur déjà largement cité dans ces colonnes - entre autres pour The Seed ou Procrastination, a fait trois magnifiques tableaux en relief qui s'animent par un jeu de poids et de lumière. Un travail magnifique d'une évidence démonstrative exemplaire. Merci donc à l'armée du salut pour cette œuvre là.

Les films sont visibles sur vimeo et sur une page dédiée par le producteur qui montre également le dispositif de prise de vue.


animation 2D, cutout & traditionnel

image2976
# 2976

web-série militante

écrit par Marie Paccou, le 25/11/2013

Très intelligente, pudique, et utile, cette petite web-série coproduite par l'association Libres Terres de Femmes et la société AAA, a trait aux violences faites aux femmes, aux démarches juridiques et à l'assistance à laquelle ont droit les victimes.

Trois épisodes:

- l'ordonnance de protection

- le dépôt de plainte

- reprendre confiance en soi

De très bons scénarios de Natacha Henry, et l'occasion pour moi de découvrir le travail prolifique de la réalisatrice, illustratrice et scénographe-comédienne Clémence Gandillot...

lire ici un très bel article du Monde sur sa dernière pièce, Fromage de Tête .

 La série se décline en sept langues (français, anglais, arabe, bambara, lingala, portugais et wolof)


animation 2D, cutout & traditionnel

image2975
# 2975

Faire un film en 48 heures

écrit par Pock, le 19/11/2013

C'est le défi lancé chaque année par l'école californienne Calarts à ses étudiants, un peu dans l'esprit du Rallye d'Anim organisé par Serge Elissalde avec les étudiants de l'EMCA.


Il est toujours surprenant de voir qu'en peu de temps il est possible d'arriver à faire des films de cette qualité.
Difficile de tous les répertorier car ils ont été mis en ligne sur l'initiative de chaque auteur et sont éparpillés sur leurs sites respectifs. En voici quelques-uns qui ont retenu mon attention :

Duck de Kyler Spears, un drame de canards japonais

Charles Duckwin de Yon Hui, l'histoire de l'évolution du canard racontée à un caneton

Abduckted de Seth Boyden, une histoire d'appât et de chasseur

Nightout de Lauren Adassovsky, des canetons partent en expédition nocturne...

Cette année pour le 48 hour film event le thème était "canard".
L'an dernier c'était "cactus", avec également de belles réalisations comme Love de Tom Law où un bébé cactus réclame des calins.


animation 2D, cutout & traditionnel

image2974
# 2974

Somewhere

écrit par , le 14/11/2013

J'aime beaucoup le rendu aliasé, imparfait, fragile et pourtant manifestement numérique du film de Nicolas Ménard réalisé au Royal College of Art. Dans un monde où le rendu lissé, propre et photoréaliste l'emporte, Somewhere propose une vision d'illustrateur animateur originale et délicate.

Un astronaute perdu dans des paysages d'une grande beauté graphique, minimaliste, se souvient de celle qu'il a laissé sur terre, avec un lien étrange qui les unit.

A voir sur le site du réalisateur.


animation 2D, cutout & traditionnel

# 2973

Cheatin'

écrit par , le 13/11/2013

On a beau dire, Bill Plympton reste une personnalité du monde du cinéma d'animation incontournable. Traçant son sillon depuis une trentaine d'années, indépendant, corrosif, souvent drôle.

Son dernier long métrage, le dixième, est actuellement en préparation. Autoproduit en partie, la colorisation ayant été financée via Kickstarter (100 000$ tout de même), le projet se montre assez généreusement en ligne pour qui veut se tenir informé et par conséquent probablement perdre la surprise de la découverte du film fini.

Cheatin' racontera l'histoire d'amour d'un couple et les tentatives des gens qui les entourent de briser leur union.
Distribué par Ed Distribution, le film devrait sortir dans le courant du premier semestre 2014.

Le but étant d'occuper l'espace médiatique, le film se dévoile via le blog américain de Bill, tenu en collaboration, ScribbleJunkies et un blog officiel francophone bien plus sage. L'occasion de voir le maître du cartoon grimaçant parler de son travail et parler du travail de réalisateur en général avec comme guest des personnalités comme Signe Baumane, qui l'a secondé pendant quelques années, ou Hisko Hulsing (Junkyard) ou même le jeune fils de ce sémillant sexagénaire.

archives

Chercher dans les archives


Prec. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Suiv.